%C3%80%20propos%20de%20l%E2%80%99artiste

  • Christiane Jaques (Maumary)

  • Peintre graveur


    Née à Lausanne le 21 décembre 1941 de mère haut-valaisanne et de père vaudois, Christiane Jaques montre dès l'enfance un goût prononcé pour le dessin et la peinture. Elle s’essaie également à l'écriture, particulièrement à la poésie. Après ses études et un apprentissage de commerce, elle est admise à l'Ecole Cantonale des Beaux-Arts de Lausanne l'âge de 18ans.


    Rapidement, au contact des professeurs, en particulier Albert Yersin, Christiane Jaques se passionne pour la gravure. Au cours des quatre années de Beaux-Arts, elle fait d'abord beaucoup de burins, puis se met à l'aquatinte et à l'eau-forte, lui ouvrant les portes d'une approche plus picturale. Christiane Jaques obtient le diplôme de l'école des Beaux-Arts ainsi qu'un CFC de graphiste. Elle travaille ensuite dans un atelier d'arts graphiques à Lausanne.


    Elle se marie en 1965 et prend le nom de Christiane Maumary. Elle fréquente durant quatre ans le Centre de Gravure Contemporaine de Genève puis, dès 1969 séjourne 3 ans aux Etats-Unis. Elle y travaille à l'atelier de gravure de l'Art Association de Princeton dans le New-Jersey. En 1971 elle fréquente à l'atelier de gravure de l'Art Departement de l' Université de Berkley. De retour en Suisse en 1974, elle travaille à l'atelier Raymond Meyer à Pully. Durant ces années elle participe à de nombreuses expositions de gravures et de dessins.


    Elle mène sa vie artistique parallèlement à sa vie familiale, mettant au monde son premier fils Lionel en 1968, son deuxième Stanley en 1972 et sa fille Laélia en 1982. Ses obligations de mère lui laissent cependant de moins en moins de temps pour la gravure, et son divorce en 1992 met un frein à ses activités créatrices l'obligeant à prendre une activité plus rémunératrice. Elle continue cependant occasionnellement à dessiner et à faire de la photographie. En 2003 un besoin de changement d'air la pousse à s’établir en Tunisie durant deux ans.


    En 2005, elle s’installe définitivement en Suisse, se remet à la gravure de façon intensive et reprend son nom de jeune fille Christiane Jaques. Aujourd'hui, elle vit entre les ateliers de Pully et de Lutry avec son compagnon Raymond Meyer. Puisant son inspiration dans la nature autour d'elle ou les souvenirs de ses voyages, elle est plus productive que jamais !


    En 2014 elle participe une exposition collective à Numaga «A la limite de la narration et de la non narration... Entre ce qui est de l'ordre de la représentation et de ce qui renvoie au language pictural, à une grammaire pure.». Elle expose également à la fondation Edouard Vallet à Vercorin.


    ::.

  • /